journal antilles Aujourd'hui mercredi 21 août 2019 www.ntilles.com  

Brèves des Antilles (Martinique, Guadeloupe, Guyane, etc.)

Martinique | Guadeloupe | Guyane | Toutes les brèves

Le PPR contesté par les maires
Société | mercredi 20 juin 2001 | Martinique
Le plan de prévention des risques qui est appliqué dans le département depuis 1999 s’inspire de l’atlas des risques communaux. Le document élaboré par le BGRGM (le bureau de recherche géologique et minière) a défini les zones constructibles et les zones à risque. Dès lors les services de la DDE peuvent donner un avis négatif sur les demandes de permis de construire qui concernent les terrains classés en zone d’aléa fort. En aléa moyen, le demandeur doit faire réaliser à ses frais une étude prouvant la constructibilité du terrain. Le coût d’une telle étude constitue un frein pour les personnes qui ont des revenus modestes. Mais les maires de la Martinique estiment que cet atlas a été rédigé sans concertation. Ils demandent au préfet de l’annuler et de lancer les études beaucoup plus approfondies sur la prévention des risques. Les maires dont les communes se trouvent pour la plupart dans une zone à fort aléa s’insurgent contre ce document. Ils considèrent qu’il a été élaboré sans concertation et qu’il n’a pas de valeur réglementaire comme document d’urbanisme. D’autre part que son utilisation, a entraîné le gel de nombreux terrains constructibles du département. Pour étayer leurs récriminations à l’encontre du PPR, les maires s’appuient entre autre sur cet exemple au Robert où une étude de sol complémentaire a démontré qu’un terrain pour lequel l’Atlas des Risques avait émis un avis négatif, était constructible. Enfin ces derniers ont demandé à Michel Cadot, le préfet de région à lancer des études plus approfondies sur la prévention des risques, précisant par ailleurs que les deux assemblés avaient déjà demandé, en novembre dernier, à l’issue d’un vote que ce document soit supprimé.

Sainte-Luce : Louis Crusol garde son fauteuil
Politique | mercredi 20 juin 2001 | Martinique
Les magistrats du tribunal administratif de Fort-de-France ont confirmé hier l’élection de Louis Crusol (PPM) à la tête de la Municipalité de Sainte-Luce le 18 mars dernier. Edgard Thirault, le candidat malheureux a déjà indiqué qu’il comptait bien saisir le Conseil d’Etat. Il conteste des procurations qu’il juge irrégulières. Interrogé par RCI il a déclaré qu’il était en possession d’attestations où des électeurs affirment n’avoir jamais rencontré de médecin et qu’ils n’ont jamais souhaité voter par procuration. Les magistrats ont indiqué qu’un procès verbal de gendarmerie atteste que les documents ont été établis conformément au code électoral et que les bénéficiaires avaient bien fait part de leur volonté de voter par procuration. En ce qui concerne l’utilisation d’une urne sans compteur, le tribunal administratif a conclu qu’aucune disposition législative n’imposait l’utilisation d’une urne de ce type. Confirmant de ce fait l’élection de Louis Crusol.

Rivière-Pilote à un nouveau conseiller général
Politique | lundi 18 juin 2001 | Martinique
Dimanche les électeurs de Rivière Pilote ont élu à l’issue du premier tour de la cantonale partielle, le candidat du Mouvement Indépendantiste Martiniquais à une écrasante majorité.De ce fait Lucien Adenet a obtenu 2545 voix, devant les divers gauche Georges Glondu 103 voix et Ernest Kilo 94 voix et le divers droite Serge Merlini 92 voix dans un scrutin qui n’a pas vraiment attiré les foules. Seulement 2928 électeurs sont passés à l’isoloir. Cette élection faisait suite à la démission de Lucien Veilleur, conseiller régional et également maire de Rivière-Pilote, touché par le cumul des mandats.

Annulation des municipales de Sainte-Luce !
Politique | vendredi 15 juin 2001 | Martinique
Jeudi le Tribunal Administratif de Fort de France examinait le recours déposé par Edgard Thirault, le candidat malheureux aux élections municipales de Sainte Luce. Le Commissaire du Gouvernement a demandé d’annuler l’élection à de Louis Crusol, le maire sortant (PPM) . Ce dernier avait remporté le scrutin face à Edgard Thirault, divers droite, à l’issue du second tour du 18 mars dernier. Edgard Thirault, reproche à son adversaire d’avoir utiliser le matériel municipal pendant la campagne électorale, mais surtout de s’être procuré de nombreuses procurations avant le second tour du scrutin. «Nous avons pu faire la démonstration que les procurations étaient irrégulièrement établies, d’autant que parmi les médecins qui ont prescrit les ordonnances, il y a la sœur du maire sortant ...Nous avons également démontré que ce médecin n’avait pas de cabinet médical en Martinique et qu’elle n’était pas habilitée à faire des actes médicaux» a indiqué Frantz Lebon, l’avocat d’Edgard Thirault.. Du côté de la défense, Maître Nicolas, l’avocat de Louis Crusol a déclaré : « Il faut des moyens sérieux pour faire annuler un scrutin » Le verdict du tribunal Administratif sera rendu le mardi 19 juin.

Election à Rivière-Pilote
Politique | vendredi 15 juin 2001 | Martinique
Ce week-end, les électeurs de Rivière-Pilote vont devoir retourner aux urnes. Une élection cantonale partielle se déroule dimanche pour occuper le fauteuil laissé vacant par le sortant, Lucien Veilleur. Quatre candidats sont en lice: Lucien Adenet, Ernest Kilo, Serge merlini et George Glondu.

Miguel Laventure à la tête de l’ODTM
Société | vendredi 15 juin 2001 | Martinique
Le Conseil d’Administration de l’Office Départemental du Tourisme de la Martinique s’est tenu lundi mais l’événement a été quelque peu éclipsé par la tenue mardi du Congrès de l’île. Le président de l’Office a donc décidé de prendre la parole. Miguel laventure a tenu a retracer précisément le déroulement d’un scrutin, régulier selon lui, mais entaché tout de même par un incident le 2ème candidat à la présidence s’est en effet retiré du vote, et de la réunion du Conseil d’Administration. Le vote a ensuite eu lieu normalement. Miguel Laventure a été élu avec 23 suffrages sur les 25 votants encore présents. L’incident ne devrait donc pas avoir d’incidence.

Mobilisation des emplois jeunes
Société | vendredi 15 juin 2001 | Martinique
Près de 200 jeunes étaient dans les rues de Fort de France hier. Les aides-éducateurs étaient en grève pour dénoncer la fin de leur contrat. Embauchés par l’Education Nationale au titre d’emplois-jeunes, ils voient arriver la date d’expiration, 2003, à grands pas et aucune solution de substitution ne leur est proposée. Une opération-escargot a mené les manifestants jusqu’au Rectorat. Ils ont demandé à Marcel Morabito, le Recteur, de transmettre leur désaroi au ministère, en vue de la rencontre des délégués académiques aux emplois-jeunes prévue le 20 juin prochain.

Détournement de fonds
Divers | jeudi 14 juin 2001 | Martinique
Le juge chargé du dossier de l’affaire Morschel vient de signer l’ordonnance renvoyant les trois prévenus devant le Tribunal Correctionnel. Ils pourraient être jugés dans les deux mois à venir. Cette affaire de détournement avait fait grand bruit en décembre 2000. Un convoyeur de fonds, Gérard Morschel avait disparu après avoir fait la tournée d’une dizaine de commerce de l’île. L’homme avait emporté pas moins de 8 millions de francs. Une semaine plus tard, il était arrêté en compagnie de l’un de ses complices à Roseau par la police dominicaise.

Grève du personnel d’AOM Air Liberté
Société | jeudi 14 juin 2001 | Martinique
Mercredi, la manifestation nationale du personnel d’AOM Air Liberté qui est toujours en quête d’un éventuel repreneur de la compagnie a été répercuté en Martinique. Durant une bonne partie de la journée, une cinquantaine d’agents de la compagnie aérienne et de sa filiale MAG qui assure l’enregistrement, le fret et l’assistance au sol, ont bloqué les accès de l’aéroport du Lamentin. Il a fallut l’intervention des forces de l’ordre dans l’après midi pour libérer les accès menant à l’aéroport. Les voyageurs qui devaient prendre l’avion dans la journée ont dû faire de leur mieux pour rejoindre l’aéroport.Une petite satisfaction pour les grévistes...En effet ils ont obtenu deux rendez-vous, l’un ce jeudi matin à 9 heures, avec Alfred Marie-Jeanne, le président de la région et l’autre à midi avec le président du conseil général, Claude Lise. Les grévistes souhaitent à travers ces deux rencontres que les présidents des deux assemblées fassent le maximum pour faire reculer Marc Rochet, le PDG d’AOM Air Liberté.

Election : Vers un 3ème tour dans 3 communes de l’île
Politique | mercredi 13 juin 2001 | Martinique
Le tribunal administratif de Fort de France a ordonné hier, l’annulation des élections des 11 et 18 mars dernier dans les communes de Sainte-Anne, du Macouba et du Prêcheur. Les magistrats se sont appuyés sur les réquisitions du Commissaire du Gouvernement. En effet ce dernier avait retenu deux motifs de nature à annuler les deux élections de Garcin Malsa. C’est à dire son élection comme maire et comme conseiller général. Il estime que la présence du drapeau rouge vert noir sur le fronton de la mairie, est le symbole d’un mouvement politique, et de ce fait le Modémas, le parti de Garcin Malsa. Et que la présence de ce drapeau sur un édifice public est contraire au principe de neutralité du bâtiment. Pire, lorsque ce drapeau flotte sur le fronton de la mairie, le jour des élections constitue aussi, selon le tribunal administratif un moyen de pression sur les électeurs. Autre motif ayant entraîné l’annulation des élections à Sainte Anne : Garcin Malsa n’a pas présidé de bureau de vote comme prévoit les textes du Code électoral. La décision des magistrats réside dans le fait que Garcin Malsa n’a pas pu donner des motifs valables pour expliquer son absence dans un bureau de vote durant le scrutin. En ce qui concerne la commune du Macouba, Rigobert Marcho a eu gain de cause puisque les magistrats ont demandé l’annulation de l’élection. Rigobert Marcho avait indiqué que la taille des bulletins de Sainte-Rose Cakin, étaient beaucoup plus grande et donc beaucoup plus remarquable dans l’enveloppe, et qu’elles étaient de nature à troubler la sincérité du scrutin. Les électeurs du Prêcheur devront eux aussi retourner aux urnes, puisque Roger Nadeau comme Garcin Malsa, n’avait pas présidé de bureau de vote. Il n’y aura plus d’opposition au conseil municipale de Case-Pilote, puisque les magistrats ont annulé l’élection de quatre candidats de la liste Bérose. Car cette dernière ne respectait pas la récente loi sur la parité.