journal antilles Aujourd'hui vendredi 24 mai 2019 www.ntilles.com  

Brèves des Antilles (Martinique, Guadeloupe, Guyane, etc.)

Martinique | Guadeloupe | Guyane | Toutes les brèves

Nouveau braquage de bijouterie
Divers | vendredi 28 septembre 2001 | Martinique
Cette fois c’est la bijouterie Albert Venutelo qui a reçu la visite de deux individus armés. Moins de 4 jours après la mobilisation des artisans bijoutiers lors d’un procès de plusieurs braqueurs qui ont écopé de peines de 18 mois à 6 ans de prison, la profession est de nouveau en colère. Les deux malfrats ont brisés la devanture du magasin et se sont emparés des bijoux avant de prendre la fuite. Tout ceci dans un temps très limitée.

Alerte à la bombe a l’aéroport du Lamentin
Divers | mercredi 26 septembre 2001 | Martinique
Mardi matin, les policiers de la PAF (Police de l’Air et des Frontières) ont évacué l’aéroport du Lamentin. S’est un appel téléphonique anonyme, probablement passé d’une cabine dans la commune du Morne-Rouge (Nord de l’île) signalait la présence d’une bombe sur le site. Après une fouille générale, les recherches se sont avérées négatives. L’alerte a été levée environ deux heures plus tard. L’appel anonyme a été reçu par les policiers de la Rue Victor Sévère, à Fort-de-France. D’après les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait vraisemblablement d’une voix masculine, qui signalait la présence d’une bombe à l’aéroport du Lamentin, sans autre précision. Avec la mise en place du plan d’évacuation: 250 personnes se retrouvent à l’extérieur du site. Deux avions sont immobilisés sur le tarmac tandis que deux autres qui amorçaient leur descente doivent patienter dans les airs. A l’issue d’une fouille générale de l’aéroport avec un chien spécialisé en recherche d’explosif, les policiers vont lever l’alerte, après deux heures de recherche puisque aucune trace de bombe n’a été trouvée. Les policiers poursuivent leurs investigations afin d’identifier l’auteur du coup de fil anonyme. Pour information, la législation punit sévèrement les auteurs de fausse alerte. En 1999 un individu avait eu six mois de prison ferme après fait une fausse alerte pour retarder l’avion de sa petite amie.

La grogne des fonctionnaires de la justice
Société | mercredi 26 septembre 2001 | Martinique
S’est la réduction du temps de travail qui est au centre de la mobilisation mené hier au Palais de justice de Fort-de-France par les greffiers, surveillants et éducateurs, personnel administratif des tribunaux, environ 250 personnes.Les fonctionnaires de la justice du département veulent ainsi manifester leur soutien avec les organisations syndicales de l’hexagone qui ont rompu les négociations avec le ministère. Les syndicats se disent favorables aux 35 heures mais sans pour cela mettre en péril les avantages acquis. En Martinique, les agents réclament la création de 7 postes supplémentaires. Les négociations semblent pour l’heure dans l’impasse lorsque l’on sait qu’à la place Vendôme, la garde des sceaux estime qu’un poste outremer coûte 40% plus cher.

La municipalité foyalaise à la rencontre des syndicats
Société | mercredi 26 septembre 2001 | Martinique
En début de semaine, Serge Letchimy le maire de la ville de Fort-de-France a tenu à rencontrer les organisations syndicales.Objectif, faire le point sur la réorganisation des services mais surtout mettre en relief la situation sociale de certains employés.Sur les 3830 agents que comptent la mairie, 933 emplois sont en situation précaire. Le déficit qui s’élève à 57 millions de francs émane particulièrement de cette masse salariale très importante, environ 57 % du budget. L’équipe municipale entend alléger la masse salariale, et pour y arriver, Serge Letchimy, veut privilégier les départs volontaires à la retraite. 600 agents sont prêts à partir dès maintenant, mais beaucoup d’entre eux ne remplissent pas toutes les conditions. « Si nous réussissons, nous économiserons 55 millions de francs environ, ce qui nous permettrait d’intégrer les emplois précaires par exemple. Nous avons mis en place une cellule de lien social pour nous aider à gérer ce dossier» a indiqué le maire de Fort de France.

Des casseurs devant le tribunal correctionnel
Divers | mardi 25 septembre 2001 | Martinique
Lundi après-midi quatre casseurs de bijouteries se sont retrouvé à la barre du tribunal correctionnel de Fort de France. Ces individus étaient poursuivis pour avoir participé à une série de cambriolages dans des bijouteries au Lamentin et à Fort-de-France. Au cours de l’audience, le président du tribunal va mettre en relief la personnalité des individus en expliquant que les malfrats âgés d’une vingtaine d’années avaient du mal à comprendre qu’ils ont basculé dans le grand banditisme. Ils ont écopé de peine allant de 18 mois à 6 ans de prison ferme. Les magistrats ont suivi, à la lettre, les réquisitions du ministère public. Flavien Noailles avait souligné la dangerosité des faits, commis par des individus, selon ses dires, sans foi ni loi et qui avaient très rapidement franchi différents paliers de la délinquance. Autant d’éléments, selon le ministère public, pour justifier la sévérité de ses réquisitions. D’autant que deux d’entre eux seront prochainement jugés par la Cour d’Assises pour des vols beaucoup plus violents. A noter que les artisans bijoutiers s’étaient déplacés en masse, devant le tribunal pour manifester leur ras de bol face à l’insécurité dans leurs établissements.

Le Père Monerville libéré
Divers | samedi 22 septembre 2001 | Martinique
C’est une information révélée par nos confrères de France-Antilles dans leur édition du samedi 22 septembre. L’aumônier de l’Hôpital Clarac a été libéré après avoir passé 7 mois de détention provisoire au centre pénitentiaire de Ducos et payé une caution de 50 milles francs. Le Prêtre avait été mis en examen au mois de février 2001 pour viol sur personne vulnérable. Il est soupçonné d’avoir abusé d’un jeune déficient mental. Pour l’heure, le Père Monerville est placé sous contrôle judiciaire et est obligé de résider en Guadeloupe.

Braquage du réfectoire municipal de Rivière Salée
Divers | vendredi 21 septembre 2001 | Martinique
Les objectifs choisis par les malfaiteurs ont parfois de quoi surprendre.Hier, c’est le Réfectoire municipal de Rivière Salée qui a été la cible de deux voleurs.Les deux hommes sont arrivés à moto, peu après midi, dans les locaux de la cantine.L’un des deux s’est dirigé vers la caisse et s’en est emparé après avoir aspergé deux employés municipaux de gaz lacrymogène. Les voleurs sont aussitôt repartis avec les espèces et les chèques de la recette du jour.Difficile de les identifier puisqu’ils ont tous les deux garder leurs casques à la visière fumée sur la tête...Une enquête a été ouverte par la brigade de gendarmerie de Rivière Salée.

CGTM Santé se mobilise pour les 35h
Société | vendredi 21 septembre 2001 | Martinique
Le mouvement de protestation national contre l’application des 35 heures dans la Fonction Publique Hospitalière, n’a pas épargné la Martinique hier.Le personnel affilié à la CGTM Santé a remis plusieurs pétitions pour exprimer son refus des propositions d’Elisabeth Guigou.Les listes de signature ont été transmises aux présidents des conseils d’administration des hôpitaux du Lamentin, du François, du CHU de Fort de France et du Saint Esprit.Pour l’ensemble de notre île, le syndicat demande pas moins de 400 Postes supplémentaires.Au Saint-Esprit par exemple, la dotation prévue serait inférieure de moitié aux besoins.Une revendication qui a été exprimé jusque dans les locaux de l’ARH. L’agence régionale de l’hospitalisation préconise l’établissement préalable d’un diagnostic avant de parler de création de postes supplémentaires.

Des adeptes d’une secte condamnés en correctionnel
Divers | jeudi 20 septembre 2001 | Martinique
Le tribunal correctionnel de Fort de France a infligé à neuf personnes qui se réclamaient du mouvement des 12, des peines allant de 5 à 18 mois de prison avec sursis pour violences physiques et dégradations matérielles. Ils sont poursuivis pour avoir roué de coups des fidèles, selon eux pour les purifier. « Dieu m’a délivré. Il est présent. Ces sont les premiers mots d’une adepte lors de sa déposition à la barre du tribunal correctionnel. Durant deux jours dans quartier de Sainte Marie (Nord –Atlantique) cette personne sera soumise à des violences physiques et mentales par les membres de cette communauté religieuse ou sa mère est aussi une adepte. Pour selon leur dire, « la délivrer », ils vont d’abord lui raser le crâne avait et l’un des neuf prévenus lui avait introduit une bouteille d’huile dans le vagin. Un couple a subit les mêmes traitements de la part de l’organisation religieuse. Pour se justifier, leurs gestes les prévenus ont déclaré : "Nous avons exécuté la sentence de Dieu" et que les personnes étaient "d’accord puisque c’était pour leur bien". Des explications qui n’ont visiblement pas convaincu le ministère public, puisque des peines allant de six à deux mois de prison avec sursis ont été requises. D’autre part, le tribunal a ordonné l’interdiction d’exercer pendant dix ans à deux enseignants, membres du mouvement des 12.

Des planteurs de bananes devant un tribunal militaire !
Société | jeudi 20 septembre 2001 | Martinique
Le 25 octobre 1999, des planteurs de bananes à l’aide de tracteurs et de véhicules 4x4 avaient pris d’assaut le Fort Saint-Louis situé (Fort de France ) afin d’attirer l’attention du gouvernement sur les difficultés de ce secteur. Une dizaine de personnes sera vraisemblablement jugée en début d’année. Si le juge Persico a demandé le renvoi de cette affaire devant le tribunal correctionnel. Louis Daniel Bertome, le président de la FDSEA, de Christian Dachir, son trésorier, Patrice Fabre, de la Cobamar, Frédérick de Reynal de Saint-Michel, Marcel Hierso du CDJA, Olivier de Pompignan, du Gipam, Laurent de Meillac de la Sicabam, pourraient bien se retrouver devant une juridiction militaire.Pour l’heure, le dossier est entre les mains de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel qui devrait l’examiner au cours du mois octobre. Marc Désert, le Procureur de la République estime que les prévenus doivent être jugés non pas devant le tribunal correctionnel mais devant le tribunal militaire. Le procureur s’appuie en somme sur les articles 697 et 702 du Code de procédure pénale. A savoir que cette juridiction est composée de magistrats professionnels, spécialisés en infraction militaire. Neuf personnes, des planteurs de bananes pour la plupart, avaient pût ainsi être identifiés à l’issue de cette invasion. Ils sont poursuivis pour introduction frauduleuse sur un terrain ou une construction affectée à l’autorité militaire. L’information judiciaire visait également la destruction de biens destinés à l’utilité publique, délit sanctionné par des peines d’emprisonnement avec sursis et des peines d’amende.