journal antilles Aujourd'hui dimanche 24 mars 2019 www.ntilles.com  

Les comptes de Fort de France sous haute surveillance !

Publié le vendredi 25 août 2000
© Pancho

 A 7 mois des élections municipales, la Chambre Régionale des comptes (CRC) a rendu son rapport sur les comptes de la ville de Fort-de-France.

La Chambre Régionale des comptes estime que le seuil d’alerte a été franchit pour les finances de la ville administrée par le poète Aimé Césaire.
Le déficit de la ville est estimé à 46 MF, un gouffre qui dépasse la fameuse barre des 5% des recettes et qui a entraîné la saisine de la Chambre. Une lettre a été adressée en ce sens au maire Aimé Césaire et au Préfet de Région.
Selon le rapport le principal facteur qui a catapulté la ville dans cette situation c’est la masse salariale. La mairie de Fort de France emploie pas moins de 3 000 salariés, ce qui représente 57% tandis que la moyenne nationale est de 48%. Indication du rapport, il faut réduire les effectifs au moment où la mairie est avancé dans un vaste plan de titularisation d’agents.
C’est surtout dans les services techniques de la ville que cette notion se vérifie, 38% du personnel y est affecté. La Chambre a indiqué qu'une direction d'une telle importance et la multiplication des services conduisent à un émiettement des responsabilités.
Elle s'interroge encore sur la traduction concrète dans de telles circonstances des décisions municipales. D’autres exemples peuvent être cités : le taux d'imposition qui est supérieur à la moyenne nationale. Dans la culture : la gestion du SERMAC est un véritable gouffre financier. La SEMAF pour l’aménagement de la ville, éternellement en retard dans ces opérations, ou encore le délicat dossier du transport urbain, avec ces 12 millions de francs en deux ans attribués à la SETUFF pour contrer la concurrence déloyale du GET. On peut aussi citer le parc automobile, qui est vieillissant et que les fournisseurs refusent même de travailler avec la ville par crainte de ne pas être payés.
Ce rapport arrive au bon moment pour l'opposition municipale, plus précisément à 7 mois des élections. C’est surtout un sérieux revers pour l’équipe municipale d’Aimé Césaire, qui on le rappelle a annoncé son retrait après 55 ans à la tête du chef lieu.